Logo

Un message de Thomas Pesquet, en direct de la Station Spatiale Internationale !

 « En voyant depuis l’espace combien l’océan joue un rôle primordial de soutien à la vie sur notre planète, je suis heureux de soutenir les efforts de conservation, recherche et éducation de l’association « Te mana o te moana » basée à Moorea en Polynésie française que j’espère pouvoir visiter prochainement. Bravo à Papehau pour son premier prix d’écriture avec le conte «  le Vœu de Mana » qui m’a accompagné pendant ma mission dans la station spatiale internationale. »

Ce message nous a été transmis par Thomas Pesquet après la lecture du « Voeu de Mana » de Papehau Seveno, en direct de la Station Spatiale Internationale pour la mission Proxima, le 10 mars 2017.

Pour rappel, en 2016, Te Mana O Te Moana a lancé un grand concours du meilleur conte polynésien illustré sur la thématique de la protection des tortues marines et des océans. Ce conte est devenu un conte spatial, qui a été lu dans la Station Spatiale Internationale ISS par l’astronaute français Thomas Pesquet de l’European Space Agency (ESA). Thomas PESQUET s’est envolé en novembre dernier à destination de la Station Spatiale Internationale (ISS) pour une mission de 6 mois appelée Proxima. Il est le dixième astronaute français à voler dans l’espace. Il participe à l’Expédition 50,  la mission portée par l’agence spatiale européenne (ESA) qui se déroule de novembre 2016 à mai 2017. Durant cette période, il a accepté de soutenir le projet de l’association Te mana o te moana en emportant le temps de sa mission  spatiale, un message d’espoir polynésien … un conte « le vœu de Mana » … pour que le slogan « de l’océan à l’Espace, préservons notre planète bleue » retentisse dans nos têtes !

Redécouvrez sans attendre le conte lauréat « Le vœu de Mana »


Des étudiants de l’Université de Polynésie française certifiés au suivi des récifs coralliens !

 

Dans le cadre de leur formation en écologie (module écosystèmes marins, coordonné par le Prof. Nabila Gaertner-Mazouni), les étudiants de l’Université de Polynésie française inscrits en Licence 3ème année SVT ont pu bénéficier d’un programme de formation Reef Check. Reef Check Polynésie, coordonné par l’association Te mana o te moana, a pour objectif d’impliquer des bénévoles motivés dans le suivi des récifs coralliens, un écosystème riche et vital pour de nombreuses populations insulaires et un réservoir unique de biodiversité. Les données collectées sont ensuite envoyées à Reef Check international et servent d’appui aux programmes de recherche scientifique et à la gestion des zones marines. Les étudiants ont ainsi participé dans le cadre de leur enseignement à des séances pratiques et théoriques animées par le biologiste marin Matthieu Petit visant notamment à leur donner les outils nécessaires à l’évaluation de l’état de santé des coraux et au recensement de diverses espèces de poissons ou d’invertébrés. Ils ont ainsi parcouru le lagon de Punaauia pour compter poissons

papillons, mérous ou bénitiers, constater le blanchissement des coraux ou mesurer le recouvrement corallien. A l’issue de cette formation, les étudiants ont été certifiés Reef Check Ecodiver IndoPacifique, une qualification reconnue à l’international, et pourront s’ils le souhaitent s’investir dans le réseau polynésien pour contribuer à une meilleure connaissance des récifs coralliens de Polynésie.

Cette initiative inédite en Polynésie a été rendue possible grâce à un partenariat entre l’Université de Polynésie française, l’association Te mana o te moana, Reef Check France et Reef Check International.

 


Mise en place d’une nouvelle méthode de nourrissage

Inspirée par une méthode de nourrissage du Sea Turtle Hospital en Floride, l’association s’est lancée dans la création de nouveaux systèmes permettant le nourrissage de nos tortues en réhabilitation, sans avoir de contact avec elles. Ces nourrisseurs ont été fabriqués à partir de grilles plastiques sur lequelles la nourriture est fixée (poissons, calamars, salades diverses…).

Deux systèmes ont été testés : un en forme de tube et l’autre en rectangle plat ; ils sont immergés grâce à des poids en sable. Une petite cordelette attachée sur les nourrisseurs et maintenue à l’extérieur du bassin permet d’immerger et de retirer les nourrisseurs sans avoir à aller dans l’eau et interagir avec les tortues. Cette méthode de nourrissage est un complément de celle que nous avions auparavant et qui consiste à lancer de la nourriture dans le bassin depuis le pont principal pour limiter nos interactions avec les tortues.  Cette nouvelle technique qui a fait ses preuves car très appréciée par les tortues en réhabilitation, permet ainsi de limiter complétement l’intéraction avec nos pensionnaires ; elle a aussi l’avantage d’éliminer la venue récurente d’oiseaux qui cherchent à attraper la nourriture donnée aux tortues.

Ce nouveau système de nourrissage est particulièrement apprécié par les jeunes tortues vertes sauvées durant le suivi de ponte mené sur l’atoll de Tetiaroa des saisons de ponte 2014-2015 et 2015-2016, prénommées :  Aina, Fatu, Bob et Luce


Tetiaroa : Saison de ponte 2016/2017


Quelques photos envoyées par nos écovolontaires et stagiaires en direct de Tetiaroa pour le suivi des pontes de tortues marines que mène l’association sur ce site !

Sur cette île très sauvage, constituée de 12 motu (petites îles enserrant un vaste lagon), des pontes de tortues vertes sont régulièrement constatées de Novembre à Avril. Chaque année depuis 2007, l’association, en accord avec la Direction de l’Environnement Polynésie Française, assure une permanence sur place durant toute la saison de ponte. Cette année, ce sont Antonin, Maï, Virginie, Margaux, Martijn et bientôt Cécile qui se sont succèdés en équipe pour collecter les données sur le terrain!
Cette année est une saison fructueuse pour les pontes des tortues marines sur Tetiaroa, avec des chiffres qui dépassent tout ceux de nos suivis passés en terme de montées de tortues et de nids recensés. Les résultats des suivis seront partagés une fois la saison terminée, et ils constitueront de précieuses informations pour permettre la conservation et la sauvegarde de ces espèces menacées.

Nous remercions nos bénévoles pour leur motivation et leurs efforts (principalement nocturnes !), l’équipe de Tetiaroa Society pour leur aide et pour leur travail sur l’atoll toute l’année, Pacsafe pour la donation de sacs pour le terrain, les bénévoles de l’hôtel The Brando, et le soutien crucial de Richard Bailey et de la Direction de l’Environnement de Polynésie Française.


Journée Mondiale des Zones Humides

Le 15 septembre 2008, le lagon de Moorea ainsi que le lac de Temae ont été classés « zone humide » d’intérêt mondial dans le cadre de la convention RAMSAR de l’Unesco. Cette distinction vient récompenser les efforts de la commune pour son Plan de Gestion de l’Espace Maritime (PGEM).

 

Le jeudi 02 février dernier, la Commune de Moorea-Maiao a donc convié près de 450 élèves des établissements scolaires de l’île à venir célébrer la journée mondiale des zones humides.L’événement s’est déroulé sur le site de la plage publique de Temae (Toatea) avec pour thème principal « les zones humides pour la prévention des catastrophes ». Le message principal de cette journée était le suivant :

“Nos actes impactent, ensemble, agissons éco-citoyens!”

Un message fort qui devait permettre d’atteindre plusieurs objectifs :

– une prise de conscience de l’impact de l’homme sur les zones humides donc sur l’environnement,

– une prise de conscience des bienfaits des zones humides pour l’homme;

– promouvoir et valoriser les initiatives et actions en faveur de notre environnement,

– et enfin, la formation, l’implication et l’information des scolaires. En effet, ils sont le relais intergénérationnel.

Toute la journée, des stands d’information et de sensibilisation étaient présents sur la plage. Des animations étaient également proposées toute la journée.

Afin de sensibiliser le grand public et les plus jeunes à sa cause, Te mana o te moana était donc présente lors de cette journée avec un stand à son effigie.

Alice, notre biologiste marin, accompagnée de nos bénévoles Sylvie, Céline et Virginie a donc accueilli et sensibilisé pas moins de 350 élèves de primaire et une centaine d’élèves de collège aux rôles et à l’importance des zones humides pour les espèces marines menacées : tortues marines, mammifères marins, récifs coralliens. Des jeux éducatifs, créés par notre association, ont également été proposés pour apprendre tout en s’amusant.

 

De plus, cette journée s’est déroulée lors du tournage « Une saison à Tahiti », une version sauvage de l’émission « Une saison au Zoo ». Durant une semaine, les équipes de tournage du zoo de la Flèche ont suivi notre association, notamment lors de notre participation à la Journée Mondiale des Zones Humides. C’est une belle occasion de faire connaitre cette journée et de sensibiliser le grand public sur les zones humides. L’émission sera diffusée sur France 4 et nous vous tiendrons informés de la date de diffusion (courant octobre).